Le podcast du mois #7 : Instant Critique

InstantCritique
Share Button

Ils sont beaux, ils sont talentueux et ils nous parlent de cinéma en audio comme en vidéo.

J’accueille aujourd’hui le trio du podcast Instant Critique, composé de Quentin, Christophe et Souahël.

Bonjour à vous trois. Et d’ailleurs êtes-vous vraiment trois (à savoir Quentin, Christophe et Souhaël) ou plus (si on se base sur le dernier podcast audio) ? D’ailleurs qui êtes-vous donc ? Aidez nos lecteurs à s’y retrouver dans cette équipe à géométrie variable ?  

Quentin. C’est vrai que notre nombre n’est pas vraiment évident à saisir. Nous avons prévu un « a propos » sur le site pour que les gens s’y retrouvent. Un jour nous le remplirons… un jour.

Moi c’est Quentin, je suis le co-créateur de Instant Critique avec David qui n’a maintenant plus le temps de s’investir autant sur le site. Malgré tout, ce dernier contribue encore ponctuellement sous forme d’articles. Nous avons également Thibaut qui écrit lui aussi de temps en temps pour le site.

Je suis projectionniste dans un cinéma et réalisateur/monteur freelance. Vous pouvez suivre mon actualité perso sur mon site www.quentindumas.com. J’ai réalisé des clips,  un court-métrage et même des documentaires. En ce moment, je travaille avec l’Incontournable Magazine pour qui je fais des petits reportages sur Lyon et aux alentours.

Christophe. Bonjour, je suis Christophe, J’ai rejoint Instant Critique un peu après sa création. Dans la vraie vie, je suis graphiste freelance et réalisateur, parfois artiste lorsque mes clips se retrouvent exposés dans des musées.

Je travaille pour des entreprises, des labels indépendants et aussi de plus importants majors comme Universal Music ou Believe Digital.

Vous pouvez retrouver mes travaux sur mon site : www.christophethockler.com.
Personnellement, il me semble qu’être réalisateur peu parfois légitimer en partie la pertinence des critiques que nous pouvons faire.

Souhaël. Je suis la pièce rapportée au podcast. J’ai adoré les premiers épisodes, j’en ai souvent parlé avec Chris et quand David n’a plus eu le temps de le faire, Quentin et lui m’ont invité à les rejoindre. Depuis, je fais semblant de m’y connaître en cinéma et je partage mes goûts avec mes complices du podcast. Ce que je préfère, c’est énerver Chris pour aucune raison particulière mais c’est là qu’il est le meilleur, et défendre des films que les deux autres n’aiment pas.

J’habite maintenant au Canada anglophone, donc ça limite parfois les films que je peux voir. C’est un peu difficile de voir les films français avant qu’ils ne sortent en DVD, mais ce n’est pas très grave à en croire mes deux collègues…

Vous perpétuez avec Instant Critique la longue lignée des trio de podcasteurs cinéma, à croire que pour faire un podcast ciné, il faut être trois (comme les trois petits cochons, exactement).. Comment vous répartissez-vous les rôles ?

Quentin. Pour ma part, je contribue principalement à faire vivre la chaine youtube. (il faut savoir qu’à la base, Instant Critique est une émission vidéo), notamment grâce aux pastilles Réflexion Faite. J’écris aussi régulièrement quelques articles entre deux vidéos et bien entendu, j’aide également Christophe à préparer l’émission audio.

Souhaël. Je participe presque exclusivement au podcast. J’ai écrit une critique pour le site, un soir d’inspiration. En général, pour le podcast, je connais le thème, je fais un peu de recherche, j’y réfléchis avant l’enregistrement et je me pointe quand on me dit de venir.

Christophe. Les trois petits cochons, je ne sais pas… En tout cas je sais que dans la team, il y en a déjà un gros.

Je m’occupe principalement de la préparation et du montage du podcast audio. Je réfléchis avec Quentin aux thèmes que nous allons aborder et au contenu de l’émission, ensuite chacun travaille (un peu) de son côté, trouve des films à critiquer, des vannes, des imitations, et nous enregistrons… et puis après… c’est l’enfer du montage.

Au fait, Instant Critique est-il un podcast audio ou vidéo ? Entre les (trop rares) épisodes audio et les plus régulières parutions de la pastille vidéo Réflexion Faite proposée par Quentin, on s’y perd un peu.

Quentin. À la base, quand j’ai créé Instant Critique, il s’agissait d’un blog. Que ce soit sous forme d’article, de podcast audio ou vidéo, l’idée était surtout de parler de cinéma. Le support choisi dépendait en fait du sujet.

Quand Christophe a eu l’idée de refondre le blog pour en faire un site, j’ai énormément tenu à garder cette variété de contenu. J’aimerai qu’Instant Critique ne soit pas qu’un podcast, mais plus un site consacré au cinéma avec des intervenants aux goûts complètement différents afin d’avoir une multiplicité de points de vue. C’est quelque chose qui me tient particulièrement à cœur car pour moi le cinéma ne peut pas se réduire à une seule vision.

A la différence d’autres équipes dont le travail est entièrement axé sur le podcast, vous animez au sein du blog Instant Critique plusieurs séries d’articles thématiques. Ma rubrique préférée est “Trolls” bien entendu. Qui a eu l’idée de ce génial défouloir ?

Quentin. Ahah, vu que j’y ai écrit la totalité des articles, on peut dire que ça vient surtout de moi. Effectivement, la section Troll est un lieu de récréation, une façon d’exorciser avec humour certains trucs que l’on vient de voir. Cela dit même sous cet angle, l’exercice est intéressant. J’avais allumé Pain and Gain de Michael Bay et finalement j’ai beaucoup apprécié le film. C’est une bonne manière de voir quelles sont nos attentes.

C’est dommage qu’en ce moment, je n’ai plus vraiment le temps pour écrire. J’avais en réserve des articles sur I Frankenstein et Vampire Academy que je n’ai jamais eu le temps de finir.

J’ai écouté avec beaucoup d’attention l’épisode audio de bilan 2013 et j’étais agréablement surpris de retrouver dans vos Top 10 des films injustement oubliés chez les autres podcasteurs. Avez-vous volontairement évités les films trop cités ailleurs ou les goûts de Christophe sont-ils vraiment aussi étranges qu’il le laisse croire (Elysium dans le top 10, fallait oser !) ?

Quentin. Christophe a des goûts vraiment bizarres. :p

Il n’y a pas eu de restriction, quant aux tops 10 ils sont faits avec le coeur. Au départ j’avais interdit les direct-to-DVD mais je me suis pris une volée de bois vert et j’ai dû abdiquer. Finalement, j’avais tort. Ce n’est pas plus mal comme ça.

Pour mon cas, je m’impose juste d’avoir vu le film en salle. Sinon tout les films cités sont réellement ceux que j’ai trouvé les meilleurs cette année. Pas de regrets.

Souhaël. Pour ma part, je n’ai vraiment pas fait attention aux autres Top 10 et je me suis concentré sur les films que j’ai vus. Je pense que ce qui rend nos discussions intéressantes, en tous cas pour nous, c’est que nous avons des goûts et des attentes assez différents. Ça donne lieu à des débats enflammés, mais quand on y réfléchit bien, on tombe assez souvent d’accord à la fin.

Christophe. Ferme la Quentin ! C’est pas moi qui suis bizarre, c’est toi qui a des goûts exécrables ! 🙂 Je vais profiter de ta remarque, Joël, pour me permettre une petite tribune libre et expliquer ma situation.

J’ai essayé le ciné mainstream, je m’ennuie. Force est de constater que je n’ai pas toujours le même avis que la plupart des gens. Quentin me provoque souvent en me disant que je n’aime rien, je me considérerais plutôt comme un peu exigeant.

Un film doit me surprendre, être original, beau, intelligent, créatif, poétique, avoir un univers, m’emmener loin, « m’halluciner dans l’existence » (copyright Joe Daly), et accessoirement, me retourner le cerveau. Ce que je retrouve de moins en moins dans les productions récentes.

J’ai littéralement les larmes aux yeux quand je vois toute la population se ruer pour aller voir « La Brebis de Wall Street » ou « Les Avengers passent le Bac », des films classiques, des thèmes peu originaux, vus et revus, des productions omniprésentes de par leur nombre de salles et leurs outils de promo ! Nous en sommes à un stade ou les saloperies Marvel fonctionnent tellement que les distributeurs ne sortent même plus de films originaux en salles ! Moon, Triangle, Dark Country, Dredd, One Point O, Vanishing Waves (premier de mon top), etc… Des films incroyables, pourtant, pas de sortie en salles ! C’est une honte. Comprenez ma douleur, de voir tout ce que j’apprécie, considéré comme du sous-cinéma.

Pour répondre à ta question, j’en ai conscience, et je le dis dans le podcast, Elysium n’est pas un bon film, mais une série b au scénario simpliste et blindé de problèmes. Mais comme avec Prometheus, j’ai pris du plaisir devant ce film. Je ne suis pas objectif, c’est rempli de cyberpunk avec une touche Designers Republic, et c’est inventif. En outre, je reste persuadé que l’ombre de District 9 plane au dessus de ce film. Il serait sorti d’un petit réal inconnu, il aurait été plus apprécié je pense.

Il y a aussi, dans mon top, des petits bijoux comme l’hypnotiquement arty Vanishing Waves, le déroutant et malade Antiviral, le touchant Prince Avalanche, le surviolent et mindfuck à souhait Universal Soldiers – Day of Reckoning. Bref, beaucoup de genres différents, mais en commun, la volonté de créations singulières, sans compromis, authentiques et originales.

Mais Souhaël à raison ! Au final, Quentin admet que ses Marvels ne sont quand même pas des chef d’oeuvres, et je reconnais que les films que j’aime peuvent être plus difficiles d’accès, même si je le regrette. Et puis, j’avoue, je suis aussi un peu friand des passages insultes et clashs dans nos podcasts.

Plus sérieusement, quelles sont vos influences ciné ? Avez-vous des cinéastes favoris, des films cultes (connus ou méconnus) ?

Quentin. Je suis un peu le gosse de la bande. Le gars qui va défendre les Marvel ou le dernier Transformer. Je suis un grand fan de cinéma populaire. J’aime quand un film m’en met plein la vue, même si parfois, l’effet est grossier. Cela dit, j’ai des goûts très éclectiques. Je pars du principe qu’un réalisateur peut me vendre n’importe quel sujet si c’est bien fait et qu’il trouve le bon angle d’attaque. Ces dernières années, mes cinéastes préférés sont Quentin Tarantino, Peter Jackson et Danny Boyle. Les maîtres incontestés toutes générations confondues ? Pour moi, Sergio Leone et Stanley Kubrick.

Pour les films cultes, j’en ai un sacré paquet. Il était une fois dans l’Ouest, Old Boy, Evil Dead 2, Shining, Platoon, Reservoir Dogs… Et la trilogie Retour vers le Futur!! Top.

Souhaël. Je suis un peu comme Quentin, les Marvel et autres films très grand spectacle en moins et je ne suis pas aussi exigent que Chris. Pour moi le scénario et la réalisation d’un film ont presque la même importance. J’essaye de ne pas me limiter et de regarder n’importe quel film qui me semble intéressant, peu importe le genre. Et puis surtout, c’est pas parce que j’aime un film qu’il est bon (ça, Quentin et Chris se chargent de me le rappeler assez souvent) et vice-versa.

En ce qui concerne les films cultes, je  citerais la plupart des films d’action des années 80/90, Pulp Fiction, Full Metal Jacket, Quand Harry Rencontre Sally, les 3 premiers Indiana Jones et Die Hard 3 et [insérer ici plein de films que tout le monde cite pour faire bien].

Christophe. Comme explicité plus haut, je suis amateur de films originaux, étranges ou surprenants. Parmi les réalisateurs que j’apprécie, on trouve des gens comme Shinya Tsukamoto (Tetsuo, Tokyo Fist, Bullet Ballet, Gemini), David Lynch (Eraserhead, Blue velvet, Lost Highway, Dune), Takeshi Kitano (Sonatine, Hana-Bi), David Cronenberg (Videodrome, La Mouche, Existenz), John Carpenter (The Thing, Escape from New York, In the Mouth of Madness), Vincenzo Natali (Cube, Cypher, Nothing), Les frères Quay (Institute Benjaminta, The Piano Tuner of Earthquake).

Dans mes films cultes, on peut retrouver des choses diverses et variées comme :

le polar sf ambient Blade Runner et l’horreur claustrophobe Alien de Ridley Scott, pas mal de mindfucks comme Dark City de Alex Proyas, One point O de Jeff Renfroe & Martein Thorsson, The Machinist de Brad Anderson. Le touchant et cyberpunk sous-estimé Nirvana de Gabriele Salvatores. Avalon de Mamoru Oshii, Merry Christmas Mr Lawrence de Nagisa Oshima, The Fall de Tarsem Singh, etc, etc… il y en a trop !

Des films concepts aussi, et étrangement plus mainstream, comme Buried de Rodriguo Cortés, 127 Heures de Danny Boyle, Phone Game de Joel Schumacher, Monsters de Gareth Edwards, Three Businessmen de Alex Cox.

Et parce qu’on est en France, le glauque, Froid et inquiétant Litan – la Cité des Spectres Verts de Jean-Pierre Mocky, peut-être le seul vrai mindfuck français.

Par le ton de votre podcast, mélange de sérieux (un peu), d’humour (beaucoup) et de sympathiques coups de gueules, vous vous rapprochez d’une autre équipe de podcasteurs bien connus. Avouez-le : vous avez tout copié sur Any Given Film, c’est ça ?

Quentin. Perdu!! Je crois que quand on s’est aventurés dans le podcast audio notre grosse influence a été Gamerside, un podcast de jeux vidéo. Mais on les aime beaucoup chez Any Given Film et ils font vraiment un travail fantastique même si leur imitations sont vraiment lamentables.

Christophe. En fait, il m’arrive souvent de parler de cinéma avec Quentin pendant des heures, parfois de façon pertinente, on s’est quelquefois dit « tiens, on aurait dû enregistrer ça et en faire un podcast, c’était intéressant. » Ce fût un peu la base.

Quand nous avons envisagé de créer un podcast audio, je voulais vraiment faire quelque chose de drôle, la plupart des podcasts ciné étant assez sérieux. Quentin a tout de suite été d’accord, on a structuré un peu le tout avec des rubriques, des appels de stars, des jeux, etc…

On veut aussi essayer de proposer des épisodes qualitatifs, avec des extraits de films, des samples, des jingles… d’ou le rythme plus ou moins régulier.

Je rejoins Quentin, les podcasts de Gamerside me font souvent pleurer de rire.

Puisqu’on parle d’Any Given Film, d’où vient ce talent d’imitation dont fait preuve Christophe (seul être humain à me faire mourir de rire avec son imitation de “Manoj” Night Shyamalan) ? Est-ce inné ? Est-ce acquis ? Et surtout, Christophe, es-tu disponible pour animer les mariages, baptêmes et Bar Mitzva ?

Quentin. Christophe c’est un peu notre Michel Leeb à nous. ^^

Souhaël. Je ne sais vraiment pas pourquoi vous parlez d’imitation. Christophe n’est presque jamais là quand il y a un invité, c’est vrai, mais c’est une coïncidence.

Christophe. Ahahah ! C’est vrai ça ! Je cède la place à nos invités, ce ne sont pas des imitations. Blague à part, nous sommes flattés d’entendre qu’on peu distraire nos auditeurs. À la base, ce sont des petits trips entre nous, donc c’était pas facile d’imaginer que ça pouvait faire rire d’autres personnes.

Ce qu’on trouve drôle, c’est de s’imaginer comment peuvent être certains réals ou acteurs et on part dans des personnages stéréotypés, arrogants, prétentieux, ou couards, qui viennent perturber le podcast.

Pour l’anecdote on m’a parfois dit que j’avais raté une carrière d’humoriste. Aucun soucis pour les mariages, baptêmes et Bar Mitzva, je suis justement en train de créer ma société dans l’événementiel, Golri & Co. Un de mes rêves est aussi de travailler dans une fête foraine, au micro d’un grand manège, « Allez, allez, attrapez la queue de Mickey ! »

Etes vous, vous même, des poditeurs ? Quels sont les podcasts, francophones ou étrangers, que vous écoutez régulièrement (à part Any Given Film qu’on a bien trop cité ici, alors que Thibault ne m’a jamais versé le moindre centime pour faire sa pub !) ?

Quentin. Comme j’aime beaucoup le format vidéo, je regarde autant de youtubers que de podcasteurs. Le Fossoyeur de Film et Crossed sont très bons dans leur domaine. Il y a aussi la chaine de CinFiles qui livre des analyses de séquence très poussées et intéressantes, et qui mérite bien plus d’audience. Coté audio, forcément, Any Given Film, Podsac et CineFuzz sont la sainte trinité.

Christophe. J’ai découvert CinFiles il y a peu, sur les conseils de Quentin, C’est tout simplement génial, le créateur nous propose des analyses de séquences assez poussées… c’est un vrai régal.

Côté frenchy, J’aime beaucoup Cinefuzz, Splitscreen et Any Given Film, forcément. Chez les anglophones, The Greatest Movie Ever, Yeah It’s That Bad (podcast disparu, mais dispo en torrent) et Double Feature sont d’excellentes émissions.

Souhaël. J’évite de trop écouter les autres pour ne pas être tenté de faire/dire la même chose. Du coup, même si j’écoute beaucoup de podcasts, la majorité ne concerne pas le cinéma.

L’année cinéma 2013 a été assez riche. 2014 commence bien, me semble-t-il. Quelles sont les films que vous attendez le plus ?

Quentin. Je sais que Christophe va me faire les gros yeux mais j’attends impatiemment Guardians of the Galaxy. Edge of Tomorrow s’annonce également comme une petite bombe. Enfin, le prochain Terry Gilliam m’intrigue de plus en plus.

Souhaël. Edge of Tomorrow fait partie des films que j’attends le plus. C’est le cas pour n’importe quel film avec Tom Cruise. Le prochain film de James Franco s’annonce bien, je l’ai déjà conseillé à Chris qui a ADORÉ As I Lay Dying. Et puis, il est déjà sorti en France mais pas encore ici, je veux voir Casse-tête chinois (c’est généralement à ce moment que Quentin et Chris regrettent de m’avoir invité à les rejoindre…)

Christophe. Klapisch… ahlala Souhaël…  tu nous fais honte là.

Alors moi, j’attends tout simplement d’être surpris, donc je n’attends rien. Mes claques, je les aurai sûrement avec des petits films inconnus qui sortent de nulle part.

J’aimerais un bon mindfuck à la Dark City, ou un vrai blockbuster intelligent comme un Blade Runner ou un Jurassik Parc de l’époque.

Sinon 2 films ont retenu ma curiosité, Scenic Route, Un bad trip à base de 2 amis qui partent en vrille suite à une panne de leur voiture en plein désert. Et Open Grave, avec un amnésique qui se réveille dans une fosse pleine de cadavres, il se fait recueillir pas des gens et se demande si ils veulent le sauver ou si ils ont tué les gens dans la fosse… Miam !

Merci beaucoup pour cet entretien on espère n’avoir été ni trop longs, ni trop irrévérencieux. Nous sommes ravis que notre travail ait attiré ton attention, ce fût un plaisir de répondre à tes questions.

Vous avez été par-faits ! Merci à vous pour avoir accepté cet interview. Je rappelle qu’on peut vous retrouver sur Twitter, sur Facebook et sur le site Instant Critique.

 

Share Button

Joël

Biberonné aux prods Spielberg et John Hugues. Converti au WoodyAllenisme depuis Play It again, Sam. A usé bien des strapontins dans les années 80. A usé bien des VHS dans les années 90. A usé bien des zapettes dans les années 2000. Attaque l’usage intensif de Blu-Ray depuis peu.

You may also like...

2 Responses

  1. 10 novembre 2014

    […] encore un ! – présente aussi un podcast vidéo. Je vous laisse aller jeter un œil par ici (lire aussi l’interview). Emission à parution irrégulière mais à contenu jouissif. Chaque épisode est centré sur un […]

  2. 14 mars 2015

    […] Satoorn, Any Given Film, Podsac, 24FPS, Movies Unchained, Splitscreen et Instant Critique, j’accueille aujourd’hui le duo à la voix pitchée, les cadors du trailer, Arnaud et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *