La théorie des dominos

Share Button

A l’instar des années 80, qui n’ont cessé d’exorciser les blessures post-guerre du Vietnam, le cinéma des années 70 s’est attaqué très tôt au traumatisme que fût pour le peuple américain l’assassinat du président J.F. Kennedy en 1963. En 1977 sort le dernier film de Stanley Kramer : La théorie des dominos. L’ultime film puisque l’échec public du film mettra fin à la carrière de réalisateur mais aussi de producteur de Kramer.

Alors qu’il purge une peine de 20 ans de prison, Roy Tucker reçoit la visite de membres d’une mystérieuse organisation. Ceux-ci lui proposent d’organiser son évasion et lui promettent une vie paisible et sûre en échange de ses services. Tucker accepte sans se rendre compte que ce premier pas va l’entraîner peu à peu dans un engrenage infernal.

Pour incarner Tucker, il fallait le charisme d’un Gene Hackman. Face à lui, Richard Widmark et Eli Wallach sont les exécuteurs impitoyable d’un gigantesque complot. Un complot qui a démarré bien avant l’entrée de Tucker en prison. Un complot qui ne peut souffrir d’aucune erreur : si c’était le cas, la chute du premier « domino » entraînerait celle de tous les autres.

Comme vous l’avez deviné, La théorie des dominos fait partie de ces grands films complotistes des années 60 et 70, au même titre que L’opération diabolique, film de John Frankenheimer avec lequel il partage de nombreux points communs : l’aliénation d’un homme contre son gré dans un but qui le dépasse, l’omniprésence d’individus soumis aux ordres d’une puissance supérieure. Là où les deux films divergent, c’est dans la volonté du héros de La théorie des dominos d’échapper à son « conditionnement », de lutter et, une fois qu’il n’a plus rien à perdre, de faire choir tous les dominos.

Aujourd’hui, La théorie des dominos est remis à l’honneur à l’occasion de la sortie de l’édition DVD et du combo Blu-Ray/DVD chez Elephant Films, dans la collection Cinema Master Class. La qualité de l’image restaurée est parfaite. Seul bémol : j’aurai aimé des bonus un peu plus fournis. Il faudra se contenter d’une courte (mais passionnante) présentation du film par Jean-Pierre Dionnet.

Il faut noter une curiosité de la présente édition : il s’agit de la version intégrale du film, comportant des scènes dont le doublage a été perdu (une scène prégénérique ainsi qu’un dialogue entre Tucker et son épouse) et qui sont donc présentées en V.O. sous titrée uniquement.

Injustement boudé par le public à sa sortie, le testament de Stanley Kramer est à découvrir dans sa version intégrale tel qu’il a été voulu par son auteur : âpre, implacable, brutal, jusqu’à la chute du dernier domino.

Retrouver La théorie des dominos parmi la liste Le complot au cinéma chez Cinetrafic.

 

Share Button

Joël

Biberonné aux prods Spielberg et John Hugues. Converti au WoodyAllenisme depuis Play It again, Sam. A usé bien des strapontins dans les années 80. A usé bien des VHS dans les années 90. A usé bien des zapettes dans les années 2000. Attaque l’usage intensif de Blu-Ray depuis peu.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *